dimanche 22 avril 2018

Mistyaire

Tout a commencé lors d'une virée en famille au Kaléidoscope, à Bruxelles. Je tournais en rond dans la boutique, cherchant deux échevaux à associer pour me faire un châle bicolore. Je ne trouvais rien. Nada. Et pourtant la boutique propose pas mal de jolies laines, c'était surtout un manque d'inspiration. Pour finir, je me tourne vers monsieur en lui demandant si quelque chose lui plaisait pour ce que j'avais en tête. Trois secondes plus tard, il tendait le doigt vers de la Hedgehog fibers sock, coloris Concrete.


Dès qu'il me l'a désignée, je suis tombée amoureuse de cette laine. Et pourtant, j'étais passée devant à plusieurs reprises et je ne m'étais même pas arrêtée ! Etait-ce parce que devant un mur de laine je n'arrive pas à voir les coloris individuellement ? Ou alors je suis conditionnée à aimer ce que mon chéri aime aussi. Je devrais donc remettre tous mes goûts en question, par exemple, est-ce que j'aime vraiment les frites ? (spoiler : la réponse est oui ^^)

Bref, je repars gaiement avec cet évhevau en me disant que je saurais facilement l'associer. Pendant tout le trajet en train et l'entièreté de la soirée, je l'ai admiré, papouillé... Un seul regret : finalement, j'aurait dû en prendre trois pour m'en faire un gilet. L'homme est d'accord et ne comprend même pas pourquoi j'hésite, bon, s'il m'encourage dans mes folies, c'est parti ! Le lendemain, je téléphone à la vendeuse qui me rappelle qu'il y a un e-shop (je n'avais pas spécialement envie de refaire le trajet jusque là), et me demande de mettre en commentaire de la commande notre coup de fil et les nuances de mon échevau, puisque certains ont plus de rose que d'autre.


Entre-temps, je trouve le patron qui me plaît, le Mistyaire, un joli gilet assez simple avec un point de dentelle dans le bas du corps. C'est principalement du jersey, mais je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, tant cette laine me plaisait ! D'ailleurs, je l'ai tricoté en moins d'un mois. Et pour une fois, la longueur est parfaite, je ne voulais pas l'arrêter trop tôt, ce gilet devait être parfait ! La seule chose que j'ai changé, c'est que je n'ai pas tricoté de boutonnières. Je porte toujours mes gilets ouverts, alors, pourquoi s'embêter !


Par contre, je n'ai pas trouvé le patron assez précis. Il n'y a pas d'erreur, tout est bien construit, mais il manque quelques détails à mon goût, par exemple, les augmentations au niveau du raglan. Comme elles ne se font pas au même moment sur le devant et à l'emmanchure, il aurait fallu quelques lignes de plus pour bien expliquer. C'est dommage, parce que du coup je ne le conseille pas comme premier vêtements en rond, malgré le fait que la technique est somme toute assez simple. Par contre, ce que j'ai apprécié, c'est qu'il n'est pas indiqué le nombre de mailles à relever pour la bande de boutonnage, mais plutôt la méthode (3 mailles sur 4 pour les devants, toutes les mailles sur la nuque et les épaules), ce qui est bien pratique, surtout si on a changé la longueur du gilet.


Au final, j'adore mon gilet. Je l'aime, je l'aime, je l'aime ! Déjà, la couleur s'accorde avec 98 % de ma garde-robe. Pas mal, pas mal du tout ! Ensuite, la laine est très douce et légère, parfaite pour le printemps. J'ai quand même l'impression qu'elle s'est détendue au blocage, et si je ne fais pas gaffe en enfilant mon gilet, j'ai des manches longues au lieu des manches trois-quart !

Sinon, il me reste presqu'un échevau entier. Ce qui tombe bien parce qu'il s'agit de la qualité sock, je vais donc pouvoir me faire une paire de chaussettes de luxe pour cet hiver, yeah !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire