mercredi 18 avril 2018

Kilt

Je couds depuis un peu plus de cinq ans. Et depuis quatre ans et six mois à peu près, mon chéri me réclame un kilt. Alors au début, je n'avais vraiment pas le niveau (même si je me suis lancée rapidement dans la confection d'un manteau, folle que je suis), et puis il a fallu trouver le bon patron, c'est-à-dire le Burda 2515. Ensuite, pendant trois ans je dirais, nous avons cherché après le tissu parfait. Nous l'avons enfin trouvé, un peu par hasard, en novembre dernier au salon du tissu de Courtrai.


La semaine passée, j'ai enfin lavé et coupé le tissu ! Je ne sais pas pourquoi, ce projet ne m'inspirait pas vraiment. Je pensais que ce serait tellement compliqué et long ! En fait, pas du tout. Les explications de ce patron pochette Burda sont assez claires, si on prend le temps de bien lire le vocabulaire. Non, bâtir ne veut pas dire piquer et quand on a fait tous les plis avant de se rendre compte de son erreur, ça veut dire une soirée entière à défaire... Mais bon, ça valait la peine. Il n'y a rien d'insurmontable finalement, ce ne sont que des coutures droites ou presque !


Cependant, je ne suis pas satisfaite de mes finitions. Déjà, les raccords, on en parle ? J'ai déjà assez de mal avec une chemise, alors avec des pièces très grandes comme celles-ci, il est très difficile d'être précise. Et puis je trouve que mes plis ne sont pas égaux, ça se voit surtout dans le dos. C'est dû au fait que je n'ai pas été assez précise pendant le décalquage du patron, car encore une fois, les pièces, peu nombreuses heureusement, sont énormes ! Bon, j'aurais pu couper directement le patron, surtout que j'ai choisi la plus grande taille proposée (la 58), mais cette façon de faire me semble un peu hérétique ^^


Bon, le principal, c'est que monsieur est ravi ! Il faut dire qu'il l'attendait depuis longtemps, son kilt ^^ Quand il le porte, il se sent, je cite, "badass", et entendre ce genre de chose, je peux vous dire que ça fait plaisir ! Maintenant il va falloir qu'on aille lui acheter un tee-shirt noir, tout simple, pour pouvoir porter tout ça en été quand on ira voir les marchés médiévaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire