samedi 16 février 2013

Ce poncho...

Il est chaud, il est beau, il sent bon le sable chaud ! Je suis vraiment fan, quand je le porte j'ai l'impression d'être Belle dans la Belle et la Bête ^^

Une petite image vaut mieux qu'un long discours :


Laissez-moi vous conter son histoire (celle du poncho, pas celle de la Belle et la Bête !)

Il était une fois un pull en jacquard qui commençait à m'agacer et qui occupait mes aiguilles fétiches, c'est-à-dire les 3 et les 3,5.

Voulant me délasser avec un nouveau projet, je me rends à la boutique de laine pour me procurer de quoi me faire une veste bien chaude. Depuis plus d'une semaine, le temps était rude, la neige avait recouvert les rues de Tournai, on apercevait au loin la cathédrale, à peine visible dans la brume...

Ce paysage, brut mais d'une beauté époustouflante, avait malheureusement empêché que la livraison de laine arrive à temps.

Qu'à cela ne tienne, je choisis donc un autre projet : c'était les aiguilles n°7 qui manquaient !

Désemparée, je m'apprêtais à sortir de la boutique. Soudain, je m'arrêtais : pendant la semaine qui allait suivre, je devrais me contenter de cet agaçant jacquard ? Ou me passer de tricot ? Non, je ne pouvais m'y résoudre.

N'écoutant que mon courage, j'ai posé les yeux sur les ouvrages "experts", qui m'avaient jusque là paru inaccessibles au commun des mortels. Ce poncho, particulièrement, m'avait tapé dans l'oeil depuis quelques mois. Oserais-je me lancer ? Je n'avais rien à perdre.

J'achète donc les pelotes cocoon, et demande des aiguilles n° 6,5 en bambou. Les seules disponibles ne mesuraient que 35 cm, trop courtes pour ce projet. Alors la marchande, pour se faire pardonner, m'a vendu des knit pros au prix de celles en bambou ! J'aime ^^

Enfin, après ça je m'en suis assez bien sortie, sauf que trop occupée à surveiller mes torsades, je ne me suis pas rendue compte que j'avais mal tourné mon tricot, et que celui-ci s'était enroulé sur lui-même entre le bord du devant et le trou pour les mains !

Sans peur et sans reproche, et surtout ayant la flemme de tout défaire et refaire, je m'empare d'une paire de ciseau et... je règle le problème. Malheureusement je ne maîtrise pas très bien cette technique, et donc il y a un petit défaut :


Cela reste relativement discret, mais je pense que je vais coudre un ruban noir dessus, de chaque côté, ça customisera le tout ! (je n'ai pas trouvé cette astuce toute seule, c'est la marchande de laine qui me l'a soufflé).

Sur ce, je vais aller crâner dehors avec mon super poncho et je vous souhaite une excellente semaine !

4 commentaires:

  1. Elle est chouette ton histoire et tout est bien qui finit bien, mais qui a écrit les explications de ce beau poncho, hein, hein, hein ???? aller vite, le ruban à placer et ton poncho sera PARFAIT, encore bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est super gentil ! C'est un modèle de Bergère de France, dernier catalogue, j'avais oublié de le préciser ^^

      Plus qu'à aller chez Véritas chercher un ruban !

      Supprimer
  2. Porté, le défaut en se voit pas.Je n'ai jamais osé couper ainsi le tricot!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça ne se voit pas, d'ailleurs je n'ai pas ajouté de ruban en fin de compte... Et c'est très bien comme ça!

      Supprimer